Bienvenue sur le site des Trophées Innovation Océan

Balise autonome de géolocalisation et de détresse, communiquant par GSM et satellites

Descriptif simplifié

OmniCom Solar est une balise autonome de suivi (géolocalisation) et de détresse, communiquant par GSM et satellites. Elle permet la surveillance des petites embarcations (même dépourvues d’énergie) et donc la préservation des ressources halieutiques. De plus, ce dispositif de communication bidirectionnelle (mer<->terre), permet l’envoi de message de détresse

Descriptif détaillé

OmniCom Solar est une balise de suivi et de détresse maritime, fonctionnant à l’énergie solaire. Elle permet d’assurer le suivi des flottes équipées, par l’envoi régulier de position GPS vers la plateforme PRISMA (ou toute autre plateforme de suivi utilisée par les états). La communication peut se faire entre terre et mer grâce au réseau GSM (3G) et/ou satellitaire, pour une meilleure allocation des coûts.

OmniCom Solar allie ainsi sureté en mer et développement durable :

  • Le système de détresse assure la sécurité des personnes à bord
  • Le suivi, quant à lui, permet de réguler la pêche et de préserver l’environnement marin, à travers notamment l’envoi de position régulier, la délimitation de zones protégées ou encore l’envoi de rapports de pêche
  • L’alimentation par énergie solaire rend possible l’installation et l’utilisation d’OmniCom Solar sur les navires artisanaux ne bénéficiant pas d’électricité

Cette balise est donc principalement destinée aux petits pêcheurs, soutenus par les Autorités de pêche nationales.

 

La balise OmniCom Solar est à la fois une balise de géolocalisation, une balise de détresse pour les embarcations ne disposant pas de moyens appropriés, mais également un moyen de communication entre la terre et la mer. La balise permet des communications bidirectionnelles et autorise ainsi nombres d’actions :

  • Géolocalisation par les autorités
  • Alerte en cas d’entrée dans une zone de pêche interdite (AMP etc.)
  • Envoi de message de détresse vers les Autorités
  • Envoi d’informations de pêche vers les Autorités (effort de pêche)
  • Envoi d’une alerte météorologique par les Autorités pour avertir les pêcheurs et leur permettre de rentrer au port

Afin de permettre cette communication, Orolia a développé une application dédiée aux pêcheurs (artisanaux et pêche de loisirs) : Prisma Solar App.

Une tablette ou un téléphone peuvent se connecter en Bluetooth à la balise OmniCom Solar (voir figure ci-contre). Cela permet d’envoyer et de recevoir des messages via GSM lorsque le réseau est disponible ou via satellite pour une couverture globale.

Avec cet outil il est ainsi possible :

  • De connaitre la nature de l’incident (panne moteur, blessé à bord, perte du navire)
  • De demander à un navire d’intervenir sur un bateau en détresse (il recevra sur la tablette le cap et la distance du lieu d’intervention). Cela permet une intervention bien plus rapide et moins couteuse que par l’envoi des moyens conventionnels.
  • D’envoyer des messages texte « terre-mer » et « mer-terre »

Caractère innovant de l’innovation

Les balises de suivi et de détresse existent déjà et équipent la plupart des navires de pêche supérieurs à 12m. En effet, dans la plupart des pays du monde, la pêche est déjà réglementée et les navires sont équipés pour être suivi par les Autorités compétentes. Ce qu’OmniCom Solar offre c’est un système innovant, compacte, sans branchements et ne nécessitant pas de source d’énergie électrique. Ainsi, OmniCom Solar contribue à l’utilisation des énergies vertes puisque la balise fonctionne intégralement grâce aux panneaux solaires.

Ces fonctionnalités particulières lui permettent d’offrir une solution pour les embarcations qui n’ont pas accès aux systèmes de sécurité et de suivi disponibles sur le marché. Ces navires sont pourtant extrêmement nombreux (85% de l’ensemble des navires de pêche du monde). Le dispositif permet ainsi d’étendre la gestion durable des ressources halieutiques aux navires n’ayant pas d’énergie fiable à leur bord. Par exemple, les marins à bord de l’embarcation seront avertis qu’ils sont dans une zone de pêche interdite par un signal lumineux et sonore.

En plus du système de suivi, la balise possède un bouton de détresse permettant une activation facile en cas de danger, alors qu’aujourd’hui nombre de pêcheurs partent en mer sans aucune solution pour alerter les Autorités en cas de détresse ou d’incident.

Utilité de l’innovation

La pêche artisanale représente encore aujourd’hui une part non négligeable des activités de l’Homme et joue un rôle important dans l’alimentation des populations. La petite pêche fournit autant le marché national qu’international et génère un revenu essentiel pour les économies locales, en particulier dans certains pays. Au niveau mondial, on estime à 37 millions le nombre de personnes travaillant directement dans le secteur de la pêche artisanale et 100 millions dans les activités associées.

Le 26 septembre 2018, le Commissaire Européen chargé de l’Environnement, de la Pêche et des Affaires Maritimes et les Etats membres ont adopté un Plan d’Action Régionale visant à établir les objectifs et actions concrètes qui devraient être mis en place pour assurer la durabilité environnementale, économique et sociale de la pêche artisanale. Ce plan prévoit, entre autres, les objectifs suivants :

  • Assurer la mise en place adéquate de systèmes de suivi, de contrôle et de surveillance adaptés à la pêche artisanale
  • Promouvoir l’accès aux nouvelles technologies et leur utilisation dans la pêche artisanale, dans le but d’améliorer la sécurité, ainsi que le suivi, le contrôle et la surveillance
  • Empêcher toute pratique qui contribuerait à une économie souterraine et à des activités de pêche illégales, non déclarées et non réglementées (INN)

La balise OmniCom Solar imaginée et développée par Orolia répond exactement à ces exigences ainsi qu’aux recommandations faites par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) dans ce domaine.

Les moyens utilisés par les pêcheurs artisanaux sont souvent rudimentaires et mettent en péril leur sécurité lors des activités de pêche qui peuvent durer jusqu’à plusieurs semaines. Désormais, Orolia propose d’assurer la sécurité des personnes en mer et des environnements marins, à travers un système de suivi solaire ne nécessitant pas l’utilisation d’électricité ou d’énergie fossile. Il peut ainsi s’installer sur tous les navires et permettre le suivi de flotte de pêche artisanale, pas encore règlementée aujourd’hui.

D’un point de vue écologique, OmniCom Solar est une solution d’appui au respect de la biodiversité, de l’environnement marin et de la gestion durable des ressources halieutiques. OmniCom Solar permet de répondre aux besoins énoncés par la FAO, en contribuant à la promotion de techniques de pêche durable et en luttant contre les activités de pêche illégales, non réglementées et non signalées, grâce au système de suivi et de rapport.

Portée de l’innovation

La FAO estime à environ 25 millions le nombre de pêcheurs artisans. A ce jour, quasiment aucune de ces embarcations n’est équipée de balise de géolocalisation et de détresse, avec pour conséquence un manque de données pour les scientifiques et les Autorités sur les lieux de pêche, mais également un manque de sécurité pour les pêcheurs.

Les premiers projets pilotes sont en cours de déploiement dans différents pays, soutenues par l’UE, la FAO et de nombreuses ONG. Dans les années à venir, une fois la règlementation mise en place par les Etats, il s’agira d’équiper des centaines de milliers d’embarcations. A titre d’exemple, les projets en cours concernent 20,000 embarcations au Sénégal, 17,000 au Maroc etc…

En France, la pêche artisanale représente près de la moitié des marins pêcheurs et plus de 80 % des bateaux de pêche.  Au niveau européen, la pêche artisanale représente 65% des emplois directs et 83% de la flotte.

Aujourd’hui en France, et particulièrement en mer Méditerranée les petits bateaux ne sont pas équipés de système de suivi. Bien que leur taille soit limitée, ils ont un impact sur la surpêche qui ne peut pas être mesuré. Ils peuvent accéder à des zones restreintes par les périodes de reproduction, la fragilité des coraux, parfois de manière involontaire. En 2013, l’Union Européenne a publié un communiqué de presse indiquant que près de 88% des stocks de poissons en Méditerranée et en Mer Noire étaient surexploités. Equiper ces centaines de bateaux de l’OmniCom Solar permettrait aux pêcheurs d’avoir conscience des zones de pêche à éviter, et ainsi de protéger la biodiversité et l’environnement marin. Une réglementation concernant la pêche au thon rouge en Méditerranée a d’ailleurs été adoptée et imposera, dès 2020, aux petites embarcations de pêche artisanale ainsi qu’au bateau de pêche de loisir, d’être équipés d’un dispositif de suivi approprié. Ce cas particulier concerne à lui seul environ 800 bateaux français.

La petite pêche contribue à hauteur de deux tiers des prises totales directement liées à la consommation. L’importance de soutenir cette activité et de la développer durablement est donc primordiale. Les mesures défendues par la FAO, pour le développement durable des techniques de pêche à travers des moyens de transparence et de lutte contre la pêche non réglementée, peuvent ainsi être soutenues par des balises telles que l’OmniCom Solar.

Impact environnemental de l’innovation

OmniCom Solar, grâce à son dispositif de suivi adapté à la pêche artisanale, permet de contribuer à la gestion durable des ressources énergétiques et halieutiques, ainsi qu’à la préservation des espaces marins. Il s’agit d’un enjeu mondial et l’ensemble de la communauté internationale travaille sur ce sujet (FAO, UE, ONG etc.).

Associée à un logiciel de management et de suivi de flotte, OmniCom Solar rend possible la création de géofences, barrières matérialisées sur logiciel, délimitant les zones de pêche restreintes. Lorsqu’un bateau entre dans cette zone, le centre de contrôle et la balise reçoivent un signal. Ainsi, le pêcheur peut prendre conscience de sa position et peut sortir de la zone.

Aujourd’hui, la pêche nécessite de plus en plus de contrôle, dans le but de réduire l’impact environnemental des activités humaines sur les océans. Ce sont dans les pays développés que les contrôles sont les plus importants. La pêche aux coquilles Saint Jacques en France, par exemple, notamment dans la baie de Seine, est ainsi très surveillée et demande l’envoi de position tous les quarts d’heure afin d’assurer la protection d’aires marines restreintes à la pêche, particulièrement en période de reproduction. Ces aires marines protégées (AMPs) sont signalisées grâce aux géofences. Cette fonctionnalité permet également de créer et de surveiller les zones de pêche de poissons victimes de surexploitation, comme le thon rouge (déjà bien encadré) et le merlu en mer Méditerranée.

En 2019, il existe près de 500 Aires Marines Protégées dans les eaux françaises. L’enjeux environnemental est d’autant plus important que ce nombre ne cesse de grandir. OmniCom Solar permet ainsi de répondre aux nouveaux besoins en termes de protection de l’environnement et de préservation des espaces maritimes.

Il est par ailleurs envisageable que, dans un avenir proche, les pêcheurs artisans devront déclarer leur pêche, comme c’est le cas pour les navires de pêche industriels (>12m). La balise OmniCom Solar, associée à son application sur Smartphone, permet déjà d’envoyer ces informations aux Autorités compétentes (voir ci-dessous des captures de formulaires pré-enregistrés).

Laissez un commentaire sur cette innovation. Votre adresse email ne sera pas publiée.